Jardiniers et arboriculteurs

250Les particuliers et les jardiniers amateurs contribuent par leurs pratiques à la pollution de l’eau et de l’environnement par les pesticides. Ils sont en effet amenés à utiliser des désherbants, des insecticides et fongicides pour entretenir les abords de leur maison, leur cour ou leur jardin mais aussi pour lutter contre maladies et ravageurs au potager. En 2012, ils en ont consommé plus de 4500 tonnes soit 5 fois plus que tous les gestionnaires de voiries et d’espaces verts réunis !
Si vous appliquez du désherbant sur une zone imperméable (un trottoir, une terrasse, une cour pavée ou bitumée, un caniveau, etc.), il suivra le chemin de l’eau et se retrouvera dans la nature !
Télécharger l’article sur le bon usage des désherbants.

Par ailleurs, les pesticides réduisent la fertilité des sols en diminuant leur activité biologique (destruction des bactéries, microorganismes et vers de terre) et donc la décomposition de la matière organique. Les pesticides ont souvent un spectre de toxicité beaucoup plus étendu que ne le laisse entendre leur dénomination ; ces substances agissent sur l’ensemble du vivant. En effet, certains désherbants s’avèrent très toxiques pour les organismes aquatiques ou les insectes auxiliaires. La lutte chimique contre les campagnols, par exemple, est responsable de la mort de nombreux animaux non cibles, comme les renards, buses, rapaces nocturnes.

Outre la destruction des « nuisibles », les pesticides éliminent également :
– les auxiliaires prédateurs (renards, coccinelles) et les parasites qui limitent naturellement les populations de ravageurs ;
– les pollinisateurs (abeilles, bourdons, etc.) ;
– les espèces indispensables à la chaîne alimentaire comme les insectes pour nourrir les oiseaux ;
– les plantes (coquelicots, bleuets, etc.), refuges de nombreuses espèces.

Retrouvez les techniques de jardinage naturel dans l’onglet du même nom !

On retrouve également des pesticides dans l’air en Alsace. Pour plus d’informations à ce sujet, lisez l’article de l’ASPA.

Taille douceLes grands principes de l’arboriculture au naturel :

Comme au jardin, il existe de nombreuses solutions alternatives aux produits chimiques pour avoir un beau verger et de beaux fruits à cueillir.

La présence de flore et de faune diversifiées favorisera un équilibre entre les éléments utiles et nuisibles dans votre verger. Chaque intervention (qu’elle soit chimique ou non) viendra perturber l’équilibre de votre verger : il faut donc intervenir le moins possible et bien choisir son moment !

Fiche arboriculture au naturel